actualité

Editions 
Entretiens 
Rencontres 
Reportages 

 

 

7° Rencontre Arts Électroniques de Rennes

Communiqué de presse de la Station Arts Électroniques de Rennes

e-motion digitale

Les Rencontres Arts Electroniques de Rennes, festival international des arts et des technologies actuelles, devaient être consacrées à l’émotion digitale avec projections, université d’automne, expositions interactives et performances. De nombreux artistes de toutes nationalités ont répondu à notre appel et devaient présenter leurs recherches dans le domaine des nouvelles technologies.
Faute de subventions culturelles adaptées, cette édition labellisée e-motion est suspendue…



Table ronde : où va l’art numérique ?

L’équipe de la Station Arts Electroniques a souhaité résister à cet état de fait en proposant une approche constructive : la mise en place d’une table ronde sur l’état des lieux de la production et la diffusion de l’art numérique en France et en Europe.
Ce nouveau rendez-vous intéressera les professionnels et les passionnés de la culture numérique mais aussi un public plus large qui aura ainsi la possibilité, en deux après-midis, de se faire une idée plus précise des nouveaux réseaux, lieux et outils de l’art de demain.
Les acteurs de la scène numérique seront présents pour vous présenter leurs centres de recherches, de production ou de diffusion… ce sera un véritable panorama de l’art technologique avec ses enjeux artistiques, technologiques et économiques.




TABLE RONDE : "Où VA L'ART NUMÉRIQUE ?"
24 & 25 octobre 2001
RENNES, Auditorium Le Tambour (campus Rennes 2)

ETAT DES LIEUX INTERNATIONAL DE LA DIFFUSION ET DE LA PRODUCTION DE L’ART NUMERIQUE


CONTEXTE FRANÇAIS ET EUROPEEN DE LA CREATION NUMERIQUE
Depuis 1993, date de création de l’association Station Arts Electroniques, le contexte des arts et des nouvelles technologies de l’information et de la communication a considérablement évolué. Les activités de la Station Arts Electroniques, et en particulier les Rencontres Arts Electroniques organisées depuis 1995 jusqu'à ce jour, s’inscrivent dans ce nouveau contexte à dimension européenne.

En Europe
Au sein de l’Union Européenne, la majorité des centres d’innovation et de production dédiés aux arts numériques ont vu le jour dans les années 1990. Ces centres, à l’image du ZKM de Karlsruhe ou du CICV de Montbéliard ont pu voir le jour grâce au champ artistique transversal qu’ils contribuent à faire émerger : les arts dits numériques. Ce champ est extrêmement hétérogène à la fois artistiquement, technologiquement mais
aussi structurellement (associations, institutions, petites ou moyennes entreprises, laboratoires de recherche, artistes individuels, collectifs d’artistes, critiques d’art, scientifiques, etc…).
Les manifestations ou les événements spécialisés dans la diffusion des arts et des nouvelles technologies, sont inégalement répartis dans le territoire européen. La France a longtemps été à l’avant-garde européeenne de la diffusion et de la production numérique et cela grâce notamment au mouvement associatif. Aujourd’hui, la France est riche de multiples expériences mais les soutiens institutionnels restent faibles et
souvent désorganisés et, souvent, vont à l’encontre d’une dynamique associative.

En France
La situation française, en terme de diffusion, est en effet contrastée : elle est riche d’un foisonnement d’initiatives, notamment de la part
d’associations, mais celles-ci ne se stabilisent pas ou se développent peu. Comparée à nos voisins d’Europe du Nord, la France possède très peu
de manifestations régulières médiatisées sur le plan national ou international. Il en existe néanmoins quelques-unes comme Interférences (le
CICV de Montbéliard) ou Vidéoformes (Clermont-Ferrand),etc... En Bretagne, seule la Station Arts Electroniques assure une diffusion régulière
des arts et des nouvelles technologies. Malgré des moyens financiers très insuffisants, la Station Arts Electroniques a réussi à maintenir Rennes
dans les réseaux spécialisés nationaux et internationaux.

LES RENCONTRES ARTS ELECTRONIQUES
FESTIVAL DES ARTS ET DES NOUVELLES TECHNOLOGIES

Définition générale de la manifestation

L’objectif des Rencontres Arts Electroniques est de visibiliser les recherches de pointe lors d’un événement annuel. Les missions artistiques, culturelles et pédagogiques du festival étaient de favoriser le rapprochement entre culture technologique et culture artistique, pour la création comme processus d’innovations technologiques et artistiques.
La programmation générale des Rencontres Arts Electroniques s’articule généralement autour de deux pôles auxquels venaient s’ajouter des rendez-vous satellites corollaires : une université d’automne doublée d’une exposition thématique, témoin des nouvelles expérimentations en matière de nouvelles technologies, d’arts électroniques et d’art numérique, ainsi qu’une direction artistique centrée sur les processus d’innovations technologiques et artistiques liées aux NTIC.

L’Université d’Automne
Au sein d’une Université d’Automne, des artistes et chercheurs présentent, sous forme d’interventions orales, les dispositifs créés (démonstration sur scène, en ligne, etc…). Il ne s’agit pas de conférences classiques, mais d’interventions dynamiques qui provoquaient le débat et la réflexion.

Les programmations satellites
Des expositions
Des expositions d’art numérique ont été organisées dans les lieux partenaires, structures artistiques ou culturelles associées de Rennes et de la région Bretagne (MJC du Grand Cordel à Rennes, MJC du Plateau (espace sciences - arts & multimédia) à St Brieuc, le Bon Accueil à Rennes). Ces expositions tiennent compte des thématiques annuelles.
En soirée
Le soir, des projections de programmes, sélection de films et vidéos expérimentaux, en articulation avec les conférences, sont organisées dans divers lieu culturels de la Ville de Rennes.





Edition 2001 des Rencontres Arts Electroniques :
les Rencontres e-motion


L’émotion est l’un des moteurs de la création artistique. Les Rencontres e-motion, thématique choisie pour l'édition 2001 des Rencontres Arts Electroniques, voulaient donner aux artistes l’occasion de présenter leurs démarches artistiques dont le sujet ou l’objet de l’œuvre devait être l’émotion, du point de vue de l’auteur ou du spectateur. Cette émotion devait alors être médiatisée par un dispositif technique (captation et / ou
restitution des émotions) quels que soient les supports utilisés ou les domaines artistiques sollicités: vidéo, musique, cd-rom, installation, web, performance…(non limitatif).
A terme, la manifestation e-motion devait favoriser différentes approches de la notion d’émotion dans les domaines de la création contemporaine (arts plastiques / arts appliqués / arts vivants).

Pourquoi l’émotion digitale ?
L’émotion n’appartient plus aujourd’hui à la seule sphère du “ privé ” ou de “ l’intime ”. Les définitions et les implications sont de tout ordre et font de l’émotion une notion qui résiste à toute classification. Elle fait l’objet de multiples appropriations et analyses, entre autres par les études scientifiques (sciences cognitives, sciences sociales et humaines…), les créations artistiques (en tant qu’objet et sujet…) ; les expérimentations
technologiques (dispositif de captation / restitution…), jusqu’aux exploitations commerciales (marketing, publicité…). Les émotions font donc, incontestablement l’objet d’un intérêt croissant, notamment dans le domaine des nouvelles technologies
Sur le plan artistique, l’émotion est une notion qui a été longtemps opposée à l’art contemporain perçu par le public comme étant conceptuel, et donc peu propice aux émotions. Cette notion est remise au goût du jour par de nombreux artistes et critiques.
Sur le plan technologique, l’émotion semble exclue de l’informatique. Le monde technologique en général est perçu comme un monde froid et par conséquent peu propice aux sentiments et aux émotions. Par voie de conséquence la création numérique est stigmatisée comme étant un art dénué de toute émotion. Il semble intéressant de prendre à contre-pied cette idée reçue et de l’inscrire comme le moteur même de la manifestation.
Cette thématique justifiait donc d’un lieu de débat et d’expérimentation, objectif des Rencontres e-motion.

Projet d’exposition e-motion
L’ édition 2001 du festival devait traiter de l’e-motion “ digitale ” (dispositifs artistiques et technologiques de capatations et de restitutions d’émotions humaines). Les artistes ont été nombreux a proposer leurs installations interactives. Le partenariat de co-développement technologique / artistique était en place. Faute du soutien de la Ville de Rennes, cette exposition ne peut pas avoir lieu.


NOUVELLE PROGRAMMATION :
LA TABLE RONDE : “ OU VA L’ART NUMERIQUE ? ”

Cette année, faute de subventions culturelles suffisantes, la Station Arts Electroniques a décidé de suspendre les Rencontres Arts Electroniques e-motion (l’université d’automne, les expositions et les soirées performances).
La non-reconnaissance du travail associatif, ainsi que l’insuffisance des soutiens financiers, ne permettent pas à la Station Arts Electroniques d’organiser un festival représentatif du niveau des expérimentations artistiques et technologiques effectuées par cette nouvelle génération d’artistes. Ce n’est pourtant pas faute de soutiens artistiques : les artistes de toute nationalité ont répondu présents à notre appel.
La table ronde “ Où va l’art numérique ? ” vient remplacer la programmation initialement prévue sur le thème de l’émotion digitale.
Par essence transversale, la scène internationale de l’art numérique devient de plus en plus riche et se dote de nouveaux outils de production et de diffusion. Quels sont-ils ? Quels en sont les acteurs ? Comment se sont constitués les réseaux ? Quels en sont les financements ? Quelles en sont les perspectives de développement ?
Dans les années 80, Jean-Paul Fargier, spécialiste de Nam June Paik, posait la question : où va l’art vidéo ? On peut aujourd’hui s’interroger de
même : où va l’art numérique ?
La Station Arts Electroniques propose donc, cette année, en remplacement du festival, de faire un état des lieux de la diffusion et de la production d’art numérique. Avec les interventions d’acteurs majeurs de la scène numérique (représentants de festivals, de structures de diffusion, de centres de recherche, de centres de production…), le public invité (professionnels, étudiants, chercheurs, journalistes, spécialistes…) aura enfin l’occasion d’avoir un panorama de l’actualité artistique et technologique.


Un programme alternatif : ALPHA
e-motion voulait également s’implanter dans des lieux inhabituels ou méconnus du public et explorer des créations expérimentales qui, par leur originalité ou leur marginalité, donnent une autre vision des arts électroniques.
La programmation ALPHA qui aura toujours lieu, mais en marge et indépendamment de la Table Ronde, est ainsi le premier concours de vidéo et de cinéma expérimental X. Les projections ont lieu dans la salle ALPHA, dernière salle de cinéma pornographique située dans le vieux Rennes.(Portes Mordelaises)







PLANNING Sous réserve de modifications
TABLE RONDE “ Où VA L’ART NUMERIQUE ? ”
Etat des lieux de la diffusion et de la production des arts et des nouvelles technologies.
Mercredi 24 octobre 2001
15 :00 / 17 :00 :Présentations institutionnelles :
Présentation des centres de production et de diffusion des arts numériques (avec notamment le CICV) par leurs représentants
17 :30 / 19 :30 : Table Ronde
Débats et échanges entre les intervenants de la journée, les invités (spécialistes, journalistes) et le public.
21 :00 / 22 :30 :Soirée spéciale ORLAN (en présence de l'artiste)
Présentation de sa démarche artistique et projections vidéos de ses happenings.
Découvrez le site d’Orlan: http://www.orlan.com

Jeudi 25 octobre 2001
15 :00 / 17 :00 :Présentations institutionnelles :
Présentation des centres de recherche, et de festivals européens par leurs représentants
17 :30 / 19 :30 : Table Ronde
Débats et échanges entre les intervenants de la journée, les invités (spécialistes, journalistes) et le public.
21 :00 / 22 :30 : “ Best-of Rencontres Arts Electroniques ” 1993 / 2001 / Projections
Pour remercier ce public toujours plus nombreux, un best-of des programmations de la Station Arts Electroniques est prévu durant la période du festival. C’est une occasion unique de se plonger dans les aspects historiques de l’art vidéo (des années 70 aux années 90) et dans ses prolongements contemporains les plus prometteurs (l’art numérique, le virtuel, etc…). De l’art activiste gay (Tom Kalin, Sadie Benning…) aux
happenings délirants (Charlemagne Palestine, le chien performer “Man Ray”, Tony Hill…), de l’art vidéo (John Maybury, Pierre Trividic, Nam June Paik) à l’art virtuel (Catherine Ikam, Maurice Benayoun…), du cinéma expérimental (Yann Beauvais…) aux documentaires de création (Brian Eno, Paul Garrin…), ce sont des heures de programmations d’arts électroniques et numériques qui permettront aux néophytes de s’initier à un art très peu diffusé et aux spécialistes de se remémorer plus de trente années de création artistique et technologique.


Vendredi 26 octobre 2001 :
14 :00 / 15 :30 : Conférence “ pour une archéologie des arts numériques ”
Conférence / projections sur l'histoire des arts et des nouvelles technologies :
4O années de recherches et d’expérimentations
16 :00 / 19 :00 : Best of, suite et fin
La programmation n’étant pas arrêtée à ce jour, nous vous fournirons de plus amples détails durant le mois d’août.
INFORMATIONS PRATIQUES


Table ronde Où va l’art numérique ?
Lieu :
Auditorium Le Tambour (Campus Villejean)
6, avenue Gaston Berger - Rennes

Bus :
lignes n° 8 - 10 - 40 - 42 + navettes spéciales en soirée (Villejean Centre Ville)

Site web : http://www.uhb.fr/culture/station

Contacts : STATION ARTS ÉLECTRONIQUES
Université Rennes 2
6, avenue Gaston Berger
35043 Rennes cedex
tél/fax : 02 99 14 11 50
e-mail : station@uhb.fr

Direction artistique : Céline Harlet - Emmanuel Mahé
Communication-presse : Marilyne Peter - Aurélie Renoux

 

 

 


© HYPNA - 2001